Pr@line Lyonnaise

Voyages, trouvailles, coups de coeur et autres billets d'humeur

« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait » l’entraide intergénérationnelle

Certes à la date du dernier article, je pensais revenir plus vite. J’ai tout fait pour tenir ma parole et rester optimiste. J’avais pour objectif de vous parler du SIRHA et de BIG, mais voilà… L’expérience « Tunnel du goût » n’a pas été concluante. J’ai préféré ne pas m’étaler sur ce sujet. Janvier fait à présent partie du passé, place à février ! J’ai entamé ce nouveau mois dans une excellente dynamique, et ce contre toute attente.

Début décembre, une prestation de suivi m’a été présentée et proposée gratuitement : le relais emploi Malakok Médéric à Lyon. Il s’agit d’une association regroupant des bénévoles (des séniors à la retraite). Ces derniers souhaitent aider les demandeurs d’emploi. Étant donné ma reconversion et le secteur dans lequel je souhaite évoluer, je n’étais pas convaincue par cette prestation. Cependant dans le but de me donner bonne conscience, j’ai laissé mon nom et mes coordonnées à l’issue de la réunion.

L’accompagnement au relais emploi

Une semaine plus tard, j’avais un premier rendez-vous au relais emploi. Cette cellule accompagne ainsi les personnes de niveau Bac+2 minimum dans leurs recherches. J’ai donc rencontré un sénior (« mon petit papy » comme je le surnomme affectueusement en « off »). Il s’est présenté : à son actif une vie professionnelle riche et dense. Ce fut alors à mon tour de me présenter et de faire le point sur mes recherches. Le rendez-vous a été constructif, mais surtout j’étais ravie d’avoir un interlocuteur et de bénéficier d’un suivi. Enfin briser la solitude et reprendre confiance.

Une fois les fêtes de fin d’année terminées, j’avais un nouveau rendez-vous au relais emploi de Lyon, afin de préparer un entretien. J’ai accueilli cette occasion avec soulagement. En plein coeur de l’épisode sombre des attentats parisiens, il n’était pas simple de s’enfermer dans une bulle totalement coupée du reste du monde. Nous avons durant une heure échangé sur les récents événements. Je crois que cette discussion m’a sauvée. J’ai pu évacuer mes émotions et être en excellente condition pour mon entretien du lendemain.

Les rendez-vous hebdomadaires ont alors continué au sein du relais emploi. Les rencontres et discussions m’ont permis d’avancer. J’ai reçu un soutien incroyable dans les moments de doutes, en plein creux de la vague. Ma confiance a été reboostée, ma patience renforcée. J’avais trouvé une oreille attentive et la force de continuer d’avancer.

« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »

Entraide Intergénérationnelle au relais emploi Crédit photo : http://blog.hakisa.com/%5B/caption%5D

Après un mois d’accompagnement, j’ai choisi d’entamer le programme de suivi du relais emploi de Lyon : la session. Durant un mois, différentes personnes en recherche participent ensemble des ateliers animés par les bénévoles retraités de l’association. L’objectif est de ressortir de ce mois avec les meilleures armes pour sa recherche. Les ateliers sont pertinents et bien organisés (une sorte de bilan de compétences en mode accéléré). La dynamique de groupe est très agréable et permet de briser la « solitude ».

Vous l’aurez compris, je recommande et encourage cette initiative. Le réseau Malakoff Médéric recense plus de 40 relais en France. Tous n’offrent pas l’accompagnement aux demandeurs d’emploi via le relais emploi, mais si vous êtes intéressés vous pouvez toujours vérifier.

Un merci particulier à « mon petit papy » pour sa patience, son écoute et ses encouragements.

Merci au parrain de la session 87, plein d’humour et très doué pour les numéros de clown et le café.

Merci à la session 87 , un très bon groupe plein de bonne humeur et d’énergie positive

2 petits mots sur « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait » l’entraide intergénérationnelle

  1. le Pappy en question
    13 mars 2015 à 22 h 58 min (3 années ago)

    Ainsi, dans mon dos et dans ton cœur, tu m’appelais ton petit Pappy. C’est assez surprenant d’autant que personne ne me l’a jamais faite celle-là. Soit, va pour pour Pappy mais seulement de toi à moi. J’ai de tes nouvelles bien évidemment et te suit de loin dans tes mouvements. J’en suis heureux et satisfait. Lao Tseu nous dit en héritage que ce n’est pas le but qui est important mais le chemin pour y parvenir. Que ta route soit légère et t’apporte sérénité mêlée de plaisirs ornementés de quelques délires aussi. On n’en meurt pas ou rarement. A très bientôt. Alain.

    Répondre
  2. domi
    16 mars 2015 à 10 h 47 min (3 années ago)

    Bonjour Marion,
    J’espere que tout va bien pour toi, je crois savoir que tu commences bientôt ?
    Merci pour ce bel article et bravo pour ta pertinence !
    Une « mamie » du Relai Emploi…

    Répondre

Laisser un petit mot

Sauf mention contraire, l'intégralité des textes et visuels mis en avant sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur du site. Merci de respecter le copyright, et de ne pas copier, reproduire ou réutiliser ces contenus, sans autorisation préalable et écrite de l'auteur.

Copyright © 2016 Praline Lyonnaise. Ce blog est hebergé par OVH. Conception : Dotpeach.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE